Colique de sable cheval

Colique de sable cheval

Le mode de vie du cheval a profondément évolué, du temps où il était sauvage évoluant de pâture en pâture pour se nourrir, à aujourd’hui où il est hébergé dans de petites surfaces voir au box (certains chevaux passant plus de 50% de leur temps au box) implique des conséquences pour sa santé.

Principales caractéristiques du tube digestif chez le cheval :

L’appareil digestif du cheval a pour particularité anatomique que son appareil digestif est presque entièrement flottant (peu de points d’attache dans la cavité abdominale et celui-ci est particulièrement sensible au stress et à la douleur), le prédisposant aux coliques.

On entend par colique : douleur abdominale, c’est un syndrome indiquant principalement un trouble digestif.

La colique de sable reste propre aux nouvelles conditions d’hébergement. Des pâtures de petites surfaces avec peu ou pas du tout de rotation, a pour répercussion le surpâturage laissant plus de place à l’absorption de sable ou de terre. Bien que le processus soit long, ces éléments indésirables finissent par peser lourdement sur l’intestin et en éroder la muqueuse. 

Pour schématiser l’anatomie du gros côlon favorise l’arrêt et le blocage du sable. Lorsque le sable (ou la terre) s’accumule de façon excessive dans cette partie, elle entrave le passage des matières alimentaires, créant une accumulation de gaz qui distend l’intestin source de douleurs.
Ces douleurs font naître des spams pouvant engendrer des contractions péristaltiques anormales et entraîner un déplacement ou une torsion de l’intestin. Au niveau de ce blocage la paroi peut être éroder par le sable (ou la terre).
 

Des symptômes caractéristiques d’une colique de sable comme une diarrhée persistante (environ 35% des chevaux) avant les symptômes douloureux. Cette diarrhée est le résultat de la perturbation de l’absorption des nutriments et de l’eau. Les symptômes classiques d’une colique sont également présents (cheval couché, transpiration, cheval se regardant les flancs, etc). 

En examinant les crottins vous pourrez déceler des traces de sable plus ou moins importante, ou en effectuent un test simple : en prenant 6 crottins au sein d’un tas d’excréments frais (prélever au centre, évitez les crottins en contact avec le sol), plongez le tout dans 1 litre d’eau, patientez que les matières solides se soient déposées. Si la quantité de sable est supérieure à 1 cuillère à café pour 6 crottins c’est anormale.

Les moyens de traitement sont principalement : 

- une hydratation importante (par voie orale et/ou intraveineuse) pour limiter la déshydratation et la stases des matières alimentaires.

- l’administration d’un laxatif, notamment à base de mucilage de de graines Psyllium, car il joue un rôle régulateur transit intestinale et il semblerait qu’il contribue à stimuler les contractions de l’intestin dans lequel il attire l’eau.

  • des antalgiques afin d’apaiser les douleurs découlant de cette état.

La prévention reste le meilleur traitement qui soit. Si votre structure d’hébergement ne permet pas de faire des rotations de pâtures et donc d’avoir des pâtures riches et solides. Pensez à distribuer la ration de votre cheval dans une mangeoire au sol pour réduire le nombre de grains mélangés à la terre. Enlever les résidus de foin au sol non consommés.

De distribuer en complément de la ration du psyllium afin d’aider l’organisme à éliminer progressivement les résidus de terre et de sable présent dans l’intestin. Un accès au foin régulier et la multiplication des repas permettra au cheval d’être occupé et de plus errer dans son pré à grignoter tout ce qu’il trouvera de comestible.

 

Brève proposée par R.DELHOMME - Distri'Horse33® - ©Tous droits réservés

Produits associés

Partager ce contenu