Mon cheval passe l'hiver au pré

Mon cheval passe l'hiver au pré

Préparer l’hiver au pré pour votre cheval

L’hiver arrive tout doucement, et il n’est pas forcément signe de froid sec et de petits rayons de soleil sur les gelées matinales.
Souvent l’hiver rime avec pluie, vent froid, atmosphère humide, boue , toux, gale de boue, amaigrissement.

Quelles pistes à suivre pour le milieu de vie du cheval au pré?

Un cheval vivant au pré à l’année n’est pas un soucis dans la mesure où il dispose d’un minimum de confort.
Tout d’abord les chevaux dans une certaine limite ne craignent pas le froid dès lors qu’il est sec, (un peu comme nous). Bien entendu si les températures deviennent fortement négative pour nos régions (-5°C et en dessous)  et que cela perdure plusieurs jours, ils deviendront sensibles au froid s’ils n’ont pas de quoi maintenir une température corporelle idéale.

Revenons à la pluie, si votre cheval ne peut se mettre à l’abri et qu’il essuie averse sur averse, que les températures sont fraiches et que le vent se lève, sa température corporelle peut rapidement chuter.

Il est important que votre cheval dispose d’un abri fermé sur au moins deux côtés (les côtés exposés aux vents dominants). Que le sol soit suffisamment drainé pour rester sec et propre et pour éviter d’autres complications. Il n’est pas obligatoire d’y mettre une litière, elle pourrait rapidement devenir sale, contenir une forte concentration d’urée, qui pourrait venir dégrader la corne des sabots.

S’il vous avez la possibilité d’avoir un second cheval c’est aussi bien, l’instinct naturel prendra le dessus quand cela est nécessaire et ils pourront mutuellement se réchauffer.

L’alimentation du cheval au pré l’hiver peut devenir vite indispensable :

Le foin

Bien que cela soit l’hiver votre cheval aura toujours besoin d’eau propre à volonté. 

Tout d’abord il est important de leur mettre du foin de très bonne qualité à disposition plusieurs fois par jour.

Les râteliers à foin sont sur le papier très pratique : ils facilitent la distribution du foin, l'abrite des intempéries et font gagner du temps en terme de distribution. 

Mais les râteliers sur le modèle de ceux où l’on glisse une boule de foin complète peuvent apporter plus de désagréments que de bons services. Tout d’abord ils sont source de poussière, le foin en boule peut ne pas avoir eu de bonnes conditions pour sécher et des moisissures peuvent se développer à l’intérieur. Cela crée un premier risque de toux pour le cheval. De plus le gaspillage peut se révéler important et le foin tombé à terre est souvent rapidement souillé (boue, urine, etc).

Ensuite selon les terrains la boue peut se former autour du râtelier faisant apparaître au moins deux risques : la gale de boue, et des petits lésions aux tendons (quand la boue est profonde, et que les pieds collent ou restent prisonniers lorsqu’un congénère vient le chasser).

Par ailleurs les chevaux s’ennuyant on tendance à rester "accroché" au râtelier à longueur de journée, ce qui nuit à leur système digestif qui a besoin d’un minimum d’activité physique pour fonctionner convenablement.

Pour le foin il est préférable de le distribuer plusieurs fois par jour à des endroits différents du pré et toujours au sec.

Un aliment pour le cheval en complément du foin

Tous les chevaux ne sont pas égaux face à l’hiver, certains passeront un hiver sans trop perdre de poids en étant au foin d’autres auront besoin d’une ou plusieurs rations d’aliment par jour.

Pour maintenir la température corporelle au meilleur niveau, l’organisme du cheval consomme énormément d’énergie et il a donc besoin de combustible. La distribution d’une céréale (l’orge germée est une bonne solution) ou d’un mélange floconné est fortement recommandé.
Pour les aider vous pouvez également ajouter à cette ration un complément minéral et vitaminé et/ou de l’huile de lin qui apportera notamment des acides gras essentiels.

Pensez au mash de temps en temps, en le gardant très légèrement tiède vous apporterez quelques choses d’humide mais non froid que le système digestif de votre cheval appréciera.

Faut il mettre une couverture à son cheval au pré?

La question est un peu épineuse, car d’un côté nous voulons que notre cheval est bien chaud et soit partiellement abrité de la pluie et de l’autre il y a les inconvénients :

  • La couverture peut ne pas laisser suffisamment laisser respirer la peau du cheval et la transpiration risque de créer de l’humidité donc du froid potentiel
  • La couverture peut selon les journées être de trop et votre cheval va transpirer et risque de prendre froid avec l'humidité qui imprègne le tissus
  • La couverture peut blesser votre cheval aux zones de frottement (poitrail, épaules, parfois croupe)

Si le cheval arrive à développer un poil suffisant long et épais cela se révèlera une protection très performante, l’air venant s’emprisonner entre les poils et se réchauffant au contact de la peau, votre cheval sera comme enveloppé d’un gros pull en laine. Certes cette protection reste viable si le cheval à la possibilité de s’abriter de la pluie.

La couverture peut se prêter pour les chevaux avancés en âge présentant un état d’amaigrissement important.

Comment préparer son cheval à l’hiver?

Tout d’abord il est important que votre cheval soit en bon état sur le plan corporel. Si vous le voyez un peu juste au moment de l'automne, forcez légèrement sa ration sans pour autant chercher l’engraissement.
Utilisez un complément alimentaire cheval afin de palier à d’hypothétiques petites carences.

N’hésitez pas à distribuer un produit à vocation drainante lorsque votre cheval a effectué sa mue afin d’inciter son organisme à évacuer les toxines liées à ce changement de poil.

Brève proposée par R.DELHOMME - Distri'Horse33® - © Tous droits réservés

Partager ce contenu