Produit traitement naturel Cushing Cheval

Le syndrome de Cushing est une maladie rencontrée typiquement chez certains équidés âgés. Cette affection est induite par un dérèglement hormonal. Ce désordre résulte d’une diminution de la sécrétion de dopamine par l'hypothalamus. Puis, l’hypophyse (une petite glande située dans le cerveau) commence à moins fonctionner. Or, cette glande joue un rôle très important dans la synthèse de nombreuses hormones. Quelles solutions offrent les aliments complémentaires face à ce syndrome?

Horse Cush - Cushing Cheval
En Stock
Horse Cush une alternative naturelle pour accompagner les chevaux touchés par : le syndrome de Cushing chez le cheval. Voici un aliment complémentaire pour répondre aux symptômes des chevaux atteint de Cushing.
24,50 € TTC 22,27 € HT
Distri'Gattilier - Emotionnel cheval
En Stock
Une plante pour chevaux pas totalement méconnue notamment de l'autre côté de la manche, où nos voisins de Grande Bretagne l'utilisent couramment sur des soucis de comportements chez le cheval (Cushing Cheval, juments difficiles). Découvrez ce qu'offre Distri'Gattilier
12,90 € TTC 11,73 € HT

Comment détecter la maladie de Cushing chez le cheval ? Quels sont les signes cliniques ?

Les chevaux atteints du syndrome de Cushing présentent plusieurs symptômes caractéristiques. Le vétérinaire, en cas de suspicion de Cushing chez le cheval observé, va prescrire une prise de sang qui aura pour but de vérifier le dosage ACTH. Néanmoins, avant cela, d’autres signaux peuvent témoigner sans trop d’équivoque en faveur d’un syndrome de Cushing. Il s’agit surtout d’un cheval qui présente une fonte musculaire significative et rapide. De même, son poil devient hirsute et le cheval peine à muer pendant les périodes où il devrait perdre correctement son poil d’hiver (hypertrichose). Le cheval atteint de Cushing peut également faire preuve d’une léthargie anormale. Cela peut aussi être associé à de la fourbure. D’autres cas montrent des équidés qui se mettent à boire énormément et à uriner très abondamment et fréquemment. Enfin, on peut aussi constater un abdomen tendu et marqué par des amas graisseux localisés.

Comment soigner la maladie de Cushing naturellement ?

Chez le cheval (mais aussi chez tout autre être vivant victime de Cushing), le traitement passe surtout par un bon entretien du cheval et des mesures de prévention. Puis il s’agit de proposer un traitement pour favoriser l’amélioration des signes cliniques. Traiter naturellement la maladie de Cushing chez votre cheval peut passer par l’administration d’aliments complémentaires à base de gattilier ou d’artichaut. Le gattilier dispose de vertus naturelles qui favorisent la régulation hormonale. L’artichaut, puissant diurétique naturel, permet d’éliminer les toxines. Enfin, l’échinacée est très efficace pour améliorer les défenses immunitaires. Puis, toujours dans une perspective de traitement naturel, si le cheval cushing présente une fourbure, il est possible de lui proposer un aliment complémentaire en vue de correctement l’accompagner. À base de ginkgo biloba, de boldo, mais aussi d’ortie et de chardon marie, cet aliment complémentaire atténue l’inconfort du cheval.

Comment tondre un cheval Cushing ?

Les chevaux qui ont le syndrome de Cushing doivent parfois être tondus plusieurs fois dans l’année. N’étant pas en mesure de réguler spontanément leur rythme pilaire, la tonte est alors incontournable. Cela est d’autant plus vrai que les chevaux qui ont la maladie de Cushing subissent une sudation beaucoup plus importante que leurs congénères non touchés. La tonte peut donc tout à fait être réalisée même en plein été. Certains peignes de tondeuses sont très adaptés pour le cheval Cushing.

Vous pourriez être intéressé par :

Lire la suite