CUSHING CHEVAL Il y a 2 produits.

Le syndrome de Cushing est de plus en plus répandue chez le cheval depuis que les diagnostics sont de plus en plus demandés par les vétérinaires ou les propriétaires d'équidés. Quel produit cheval pour répondre à ce syndrome?

Qu'est ce que le syndrome de cushing chez l'équidé?

Ce syndrome tient son nom d'un médecin neurochirurgien (USA) qui l'a mis au jour au début du 20e siècle. Il s'agit d'une "maladie" chronique frappant le système endocrinien.

Le syndrome de Cushing est une maladie neurodégénérative du cheval. Comme toutes les maladies neurodégénératives, l'âge est un facteur de risque. Elle concerne un dysfonctionnement du lobe intermédiaire de l’hypophyse (caractérisé par une sécrétion excessive d’ACTH, molécule responsable de la sécrétion de l’hormone de stress, le cortisol). L’hypophyse est une petite glande à la base du cerveau responsable de la régulation de nombreuses d’hormones dont les hormones thyroïdiennes, l’hormone de croissance et le cortisol. Elle est sous le contrôle de l’hypothalamus, une zone très importante du cerveau située juste au-dessus d’elle. Ensemble, ils assurent le bon fonctionnement de la plupart des fonctions endocriniennes (liées aux hormones) de l’organisme. Il n'y a pas de races prédisposées (poneys et chevaux sont affectés de la même façon) et les hongres, juments et étalons sont atteints en proportions identiques...

On peut la retrouver sous le nom de "Dysfonctionnement de la Pars Intermedia de la Pituitaire"  ou DPIP. Ce syndrome s'exprimant par une dégénérescence de l'hypothalamus.

Le traitement classique offert par un vétérinaire équin repose le plus souvent sur un produit issu d'un laboratoire pharmaceutique, mais un traitement naturel contre Cushing chez le cheval peut être envisagé en complément de la solution vétérinaire. L'idée est d'apporter du confort à votre compagnon, et que vous puissiez le retrouver pétillant, galopant plein cul dans son pré.

A ce jour, il n'existe pas encore de traitement permettant d'endiguer ce syndrome. Seuls les symptômes sont temporisés.

Comment peux t'on diagnositiquer le syndrome de Cushing chez les chevaux?

En premier les symptômes du Cushing chez le cheval

  • L' « hirsutisme » : poil anormalement long et rêche, résistant à la mue. 
  • Une transpiration excessive (au niveau du plis des coudes, des grassets).
  • Une fonte musculaire surtout visible sur les cuisses et les fesses, une tendance au gonflement des salières
  • Des épisodes de fourbure aiguë ou chronique sans explication apparente.
  • Le cheval à tendance à boire de plus en plus souvent.
  • Une sensibilité aux infections (dentaires, sinusales, urinaires, respiratoires, et abcès de pied).

L'apparition de ces symptômes ne sera pas commune à tous les chevaux atteint. Certains individus ne développetont qu'un seul de ces symptômes. Bien que tous les chevaux ne soit hirsutes, ce symptôme est considéré comme fortement révélateur de la présence d’un syndrome de Cushing.

Mais ces symptômes ne permettent pas de diagnostiquer le syndrome, simplement d'alerter d'un potentiel soucis de santé.

Le dosage du taux d'ACTH :

Le dosage de l'ACTH se réalise au travers d'une prise de sang. Le dérèglement hormonal entraine la baisse de la dopamine qui permet de freiner la production d'ACTH par l'hypophyse. On considère que (source école vétérinaire de Nantes) :

  • inférieur à 35% le taux est normal
  • entre 35 et 50% le taux est considéré douteux
  • supérieur à 50% valeur augmentée
  • supérieur à 100% on consièdre que le syndrome est avéré.

A ce jour, et au regard des connaissances actuelles sur le syndrome, il est recommandé de faire un premier prélèvement sanguin tôt le matin entre la fin de l'été et le début de l'automne. Le taux d'ACTH pouvant varier en fonction du temps d'ensoleillement donc de la saison. L'augmentation d'ACTH induit l'augmentation du taux de cortisol.

Avec l'injection de déxaméthasone :

Cette molécule bloque la production de cortisol. L'injection est fait la veille afin de réaliser une prise de sang le lendemain matin. Si le taux de cortisol reste élevé dans le sang, cela donne une indication complémentaire sur l'état du cheval face au syndrome de Cushing.

Avec l'injection d'ACTH

Cela peut paraître curieux mais il semblerait qu'en injectant de l'ACTH au cheval, nous pourrions observer la réaction de l'organisme. Sur un cheval sain le taux d'ACTH n'augmentera pas car régulé par l'organisme.

Ce syndrome bien connu au Royaume Uni, fait encore l'objet de recherches en France. Les résultats de ces recherches permettront de proposer des protocoles adaptés pour le traitement du syndrome de Cushing chez les chevaux.

©Tous droits réservés - Distri'Horse33® 

Lire la suite

pourquoi DH33 ?

Livraison gratuite, programme de fidélité, service client, parrainage
Livraison gratuite dès 85€
Livraison rapide et gratuite dès 75€

en France Métropolitaine selon
transporteurs

Programme de fidélité
Un programme de
fidélité

vous récompense à chaque achat
sur le site

Service client à votre écoute
Un service client
à votre écoute

Du lundi au vendredi
9h à 12h30 / 14h à 18h30

Paiement sécurisé
Un paiement
100% sécurisé

grâce à SystemPay, la solution
de paiement de la Banque Populaire